EPISODE 01 – UNE GUERRE SE TERMINE. EN ROUTE POUR LA TERRE !

Notre histoire se déroule en l’an 2023. Nous nous trouvons sur la planète Eltar, dans la ville de Zordopolis plus précisément.
Zordopolis a été fondée il y a plus de 20ans pour rendre hommage à Zordon, et se trouve être une ville cachée dans le plus aride désert de la planète. Cette ville abrite le quartier général de L’Alliance Unie pour la Paix (l’ AUP), organisation universelle dont le but est de stopper la progression des forces du mal, et seul rempart contre leur suprématie. A ce titre, Zordopolis, en plus d’être cachée, est protégée par un mur d’enceinte blindé et par un dôme de protection.
Malheureusement, les Omynoïdes, peuple d’humanoïdes malfaisants, ont réussi à localiser Zordopolis. Voyant là l’occasion d’éliminer l’Alliance Unie pour la Paix, et par la même occasion, tout acte de rébellion, les Omynoïdes, dirigés par leurs généraux, décident d’attaquer Zordopolis, provoquant une guerre (connue plus tard sous le nom de « Guerre Eclaire »), opposant les troupes Eltariennes et les membres du Grand Conseil de L’Alliance Unie pour la Paix (le G.CAUP) aux forces des Omynoïdes. Après 1 jour de guerre, les Eltariens parviennent à repousser les Omynoïdes hors de Zordopolis.
Le combat se poursuit donc dans le désert entourant la ville. Mais alors que la bataille semble gagnée, les troupes Eltariennes s’épuisent au moment où les généraux Omynoïdes entrent en scène…


La bataille fait rage. Les rayons lasers et les explosions fusent de partout, réduisant bon nombre de rochers en poussière. Les Omynoïdes, qui tentent une nouvelle fois de s’introduire dans la ville, sont stoppés par les Soldats Eltariens. L’un d’eux s’écrie alors :
-Soldat : « Vous avez perdu, Omynoïdes ! Rebroussez chemin et disparaissez ! »
C’est alors qu’une voix d’homme lui répondit :

  • ??? : « Tu cries victoire trop rapidement, soldat. C’est seulement maintenant que les choses sérieuses commencent ! »
    L’homme qui avait parlé se tenait debout sur un rocher haut de plusieurs mètres, dominant ainsi le champ de bataille. Il avait un visage humain de couleur bleue, et portait une armure blanche ainsi qu’un casque dissimulant la partie gauche de son visage, et tenait une épée blanche dans sa main droite. En le voyant, la majorité des soldats, y compris celui qui s’était adressé aux Omynoïdes, s’arrêtèrent. Certains reculèrent même d’un pas ou deux. Ils étaient tous pétrifiés par la peur, et l’un d’eux ne put s’empêcher de masquer sa terreur en hurlant :
    -Soldat : « Ragiem ! Nous sommes perdus ! »
    Ravi de la terreur que sa présence inspirait aux soldats, le dénommé Ragiem répondit d’une voix faussement flattée et modeste, mais en réalité pleine d’orgueil :
    -Ragiem : « Flatté de voir que vous me connaissez soldats, mais je n’ai pas la prétention de tous vous éliminer à moi seul, même si cela me serait facile. »
    A cet instant, deux hommes apparurent à ses côtés. Ragiem désigna l’homme se trouvant à sa droite.
    -Ragiem : « Je vous présente Zikiam. Difficile d’être plus barbare que lui. Croyez-moi, avec lui, vos cadavres ne ressembleront plus à grand-chose. »
    Alors que quelques exclamations d’horreur s’élevèrent du groupe de soldats, Zikiam brandit ses armes en l’air, comme pour confirmer les dires de Ragiem. Ses armes ressemblaient à deux bâtons métalliques dotés de crochets à leur extrémité. On devinait facilement qu’il s’en servait comme il aurait pu se servir de planches de bois dotées de clous. Ragiem désigna ensuite l’homme à sa gauche :
    -Ragiem : « Quant à Shadam, je suis certain que vous connaissez déjà sa réputation de guerrier sanguinaire ».
    On entendit alors quelques soldats murmurer « Shadam, c’est Shadam ! ». Ragiem se tut alors quelques secondes, puis murmura audiblement à ses camarades :
    -Ragiem : « A celui qui en tuera le plus ! ».
    A cet instant, tous trois sautèrent du rocher où ils se trouvaient et se mirent à attaquer les soldats. Shadam en avait déjà tué plusieurs tandis que Zikiam tapait avec ses armes dans tout ce qui se trouvait sur son chemin, vivants comme morts. Mais c’est Ragiem qui était le plus meurtrier.
    Pendant ce temps, les hordes d’Omynoïdes foncèrent vers le mur d’enceinte de la ville, dans l’espoir d’envahir à nouveau Zordopolis. Mais ils furent stoppés net dans leur course par un écran invisible. Derrière cet écran, se tenait un vieil homme tout vêtu de blanc, tenant à la main une arme étrange. Il n’en faisait aucun doute. C’est cet homme qui était à l’origine de cet écran protecteur.
    Une jeune fille, également vêtue de blanc, se tenant à ses côtés s’exclama :
  • ???: « Bien joué maître ! ».
    Puis, s’adressant aux Omynoïdes :
  • ???: « Vous ne vous attendiez pas à tomber sur le Grand Mage Blanc Gobryâs en personne n’est-ce pas ? ».
    -Gobryâs : « Ne te réjouis pas trop vite, Magielle. Regardes bien le champ de bataille, et tu verras que nos soldats se font massacrer! ».
    Magielle regarda en direction du champ de bataille et vit que son maître ne mentait pas.
    -Magielle : « Ragiem et Shadam ! Mais…..Qui est le troisième ? Je ne le connais pas ! ».
    Une autre jeune fille, portant une armure rose, bleue et grise intervint :
  • ???: « C’est Zikiam, la nouvelle recrue des Omynoïdes. Je l’ai combattu il y quelques temps. Il a une réputation de barbare, mais ce n’est pas le plus dangereux. Il se contente de frapper dans tout ce qui bouge sans aucune technique de combat. »
    -Gobryâs : « Ah, Sakura, comment s’en sort le général Wan-Zhu ? »
    -Sakura : « Maître Wan-Zhu contrôle la situation. Il élimine les derniers Omynoïdes présents dans la ville. Il ne devrait plus tarder. »
    -Gobryâs : « Bien. Je vais retenir ceux-ci le plus longtemps possible jusqu’à son arrivée. Magielle, toi et Sakura, allez aider nos soldats avant qu’ils ne se fassent tous tuer. Mais surtout, pas d’imprudence. Shadam et Ragiem sont extrêmement forts. »
    -Magielle : « Bien maître. On y court ! »
    -Sakura : « Ca va être du gâteau ! J’ai beaucoup progressé depuis la dernière fois, tu sais ? »
    -Magielle : « Je n’en doute pas, mais tu n’es pas la seule dans ce cas ! »
    On pouvait sentir la profonde amitié qui liait Magielle et Sakura. Une amitié teintée d’une légère rivalité. Les deux voulant impressionner l’autre par la maîtrise de leur discipline respective, la magie pour l’une, le ninjustsu pour l’autre. Mais ce qu’elles voulaient surtout, c’était se montrer à la hauteur pour ne pas décevoir l’autre.
    -Gobryâs : « Ne vous emballez pas ! Magielle, tu sais bien que le moment n’est jamais opportun pour sous-estimer ses adversaires. Je suppose que Maître Wan-Zhu a également dû te l’apprendre, Sakura ? »
    -Magielle : « Désolée Maître. Je me suis laissée emporter ».
    -Sakura : « Oui oui, je sais mais, il n’y a pas de mal à se motiver un peu ! »
    Puis, toutes les deux foncèrent secourir les soldats alors que le grand Mage Blanc Gobryâs retenait toujours les Omynoïdes avec son écran protecteur.
    -Gobryâs : « Vous ne passerez pas !!! »
    Il ne fallut que quelques secondes à Magielle et Sakura pour rejoindre les Soldats.
    -Magielle : « Je m’occupe de Ragiem. Il te reste Shadam ou Zikiam. »
    -Sakura : « Je prends Shadam. J’aime les défis ! Ah zut….Cratéron s’en occupe déjà. »
    Shadam se battait effectivement avec un étrange guerrier à la tête de pierre dont le front présentait divers cratères.
    -Sakura : « Bon ben, il me reste le nullos ! »
    Mais Zikiam venait de se placer derrière Cratéron alors qu’il se battait avec Shadam, prêt à frapper.
    -Sakura : « Hé Cratéron, attention derrière toi ! »
    Cratéron entendit la mise en garde de son amie et réussit à esquiver le coup de Zikiam de justesse. Sakura se joignit au combat, faisant face à Zikiam alors que Cratéron reprit son duel contre Shadam.
    -Cratéron : « Il était temps ! J’ai cru que je devrais tous les éliminer à moi tout seul. »
    Cratéron avait dit ça sous le ton de la boutade, et Sakura l’avait bien compris
    -Sakura : « De rien. Ce fut un plaisir de te sauver la vie.»
    En parlant, Sakura s’inclina exagérément devant Cratéron, tout en gardant Zikiam en garde.
    -Cratéron : « Me sauver la vie ? Qui te dit que je ne m’en serais pas sorti seul, hein ? Après tout, je suis le meilleur élève de Maître Wan-Zhu ! »
    -Sakura : « Le meilleur élève MASCULIN de Maître Wan-Zhu, nuance ! Car le numéro un, c’est moi ! »
    Mais Shadam mit fin à cet échange de taquineries.
    -Shadam : « Ne vous disputez pas les enfants. Numéro un ou pas, vous allez mourir de toute façon ! »
    -Cratéron : « Ben voyons! On leur montre ce qu’on sait faire ? »
    -Sakura : « Tu poses encore la question ? Evidemment ! »
    Cratéron poursuivit alors son combat contre Shadam tandis que Sakura fit face à Zikiam.
    -Zikiam : « Tu es à moi, Sakura à la lame fleurie ! » -Sakura : « Au lieu de parler pour ne rien dire, montre moi plutôt les progrès que tu as fait depuis la dernière mandale que je t’ai mise ! »
    Zikiam répondit à la provocation de Sakura en tentant de lui fracasser le crâne avec l’une de ses armes, mais Sakura bloqua le coup avec son épée sans trop d’effort. Elle réalisa ensuite plusieurs mouvements d’épée, obligeant Zikiam à reculer de plus en plus. A chaque fois que Sakura fit un mouvement d’épée, une pluie de pétales de fleurs de cerisier japonais se déclenchait sur la trajectoire de l’épée, comme si les pétales tombaient de l’épée elle-même, ce qui offrait un spectacle d’une grande beauté.
    -Sakura : « Alors Zikiam ? Pas facile de remporter des combats à la loyale, hein ? Bien sûr, en attaquant ses adversaires par traitrise, on réussit à se forger une réputation de véritable barbare mais, dans un combat en face à face, c’est autre chose n’est-ce pas ? »
    Zikiam ne put masquer son agacement face à cette remarque.
    -Zikiam : « Dans ce cas, tu seras ma première victime tuée à la loyale ! »
    Et le combat reprit. Un peu plus loin, Magielle venait de rejoindre Ragiem.
    -Magielle : « La fête est finie, Ragiem ! Ca sera plus dur avec moi ! »
    -Ragiem : « Plus dur je n’en doute pas, mais ma victoire n’en sera que plus éclatante ! »
    Ragiem tenta de lui porter un coup avec son épée, mais Magielle bloqua la manœuvre avec son sceptre. Un duel de force s’engagea alors entre Magielle et Ragiem, chacun essayant de repousser l’autre.
    Pendant ce temps, le Grand Mage Blanc Gobryâs retenait toujours les Omynoïdes, mais il avait de plus en plus de mal à maintenir son écran protecteur en place. Ses pouvoirs avaient beau être légendaires, ses milliers d’adversaires pourraient bien l’avoir à l’usure.
    Soudain, des dizaines d’Omynoïdes s’écroulèrent comme s’ils avaient été frappés par la foudre. Quelques secondes plus tard, ils étaient des centaines à être couchés au sol, puis plus un seul Omynoïde n’étaient debout. Au milieu de tous ces Omynoïdes inertes, se dressait à présent un homme, ayant l’air aussi vieux que le Grand Mage Blanc Gobryâs mais, contrairement à celui-ci, il arborait une armure noire.
    -Gobryâs : « Wan-Zhu ! Vous arrivez juste à temps, mon ami. »
    -Maître Wan-Zhu : – « Désolé d’arriver si tardivement. Il fallait avant toute chose que je m’assure que tous les civils étaient en sûreté. »
    -Gobryâs : « Vous avez eu la bonne réaction. Dois-je en conclure qu’il n’y a plus un seul Omynoïde dans la ville ? »
    -Maitre Wan-Zhu : « Plus un seul en effet. »
    -Gobryâs : « Bien, mais la victoire n’est pas encore nôtre. Ragiem, Shadam, et Zikiam s’en sont mêlés. De plus, je me demande comment les Omynoïdes ont pu désactiver notre dôme de protection. Ca n’était jamais arrivé. »
    Une voix sèche et cassante s’éleva alors derrière eux :
  • ???: « Je peux répondre à cette question si vous y tenez. »
    Le Grand Mage Blanc et Maitre Wan-Zhu se retournèrent, et virent un homme à l’allure sévère, portant un casque noir avec ce qui pourrait être pris pour deux gigantesques yeux rouges.
    -Wan-Zhu : « Flush ! »
  • Flush : « PROFESSEUR Flush je te prie, vieux débris ! »
    Wan-Zhu s’adressa alors à un soldat se trouvant sur un mirador tout prêt d’eux.
    -Wan-Zhu : « Soldat ! Refermez immédiatement les portes de l’enceinte et réactivez le dôme protecteur ! »
    -Soldat : « A vos ordres, Général Wan-Zhu ! »
    Aussitôt, de lourdes portes blindées barrèrent l’accès à la ville, tandis que le dôme protecteur se remit en place (un peu comme le dôme de Corinth dans RPM*).
    -Professeur Flush : « Ah ah ah, mais cela ne servira à rien, mon cher ami ! Je vous disais justement que je pouvais vous expliquer comment nos forces ont réussi à désactiver votre dôme de protection. Hé bien, c’est tout simplement grâce à l’une de mes inventions ! J’ai équipé notre vaisseau d’un rayon laser capable de désintégrer n’importe quelle matière, y compris celle formant votre dôme protecteur. »
    Gobryâs et Wan-Zhu se regardèrent, stupéfaits.
    -Flush : « Pas mal, hein ? Je vais vous faire une petite démonstration. »
    Le Professeur Flush appuya sur un boitier de commande. Aussitôt, un vaisseau blindé se dévoila.
    -Wan-Zhu : « Le Vaisseau de la Soumission ! Mais comment ? »
    -Professeur Flush : « Une autre preuve de mon génie, tout simplement! J’ai également équipé notre fantastique vaisseau d’un écran d’invisibilité. Hé oui, ma science n’a aucune limite ! Regardez donc. »
    Le Professeur Flush porta son bras à sa bouche, et se mit à parler à une sorte de bracelet électronique, un communicateur.
    -Professeur Flush : « Ici le Professeur Flush. Je vous ordonne d’ouvrir le feu sur la cible selon le plan prévu ! »

Le vaisseau de la Soumission ouvrit immédiatement le feu sur le dôme protecteur de Zordopolis. A chaque fois qu’un laser tiré par le vaisseau ennemi touchait le dôme, une brèche s’ouvrait dans celui-ci, juste avant de se refermer.
-Professeur Flush : « Oh bien sûr, il faudra un peu de temps pour en venir à bout de nouveau, mais à l’usure, je suis persuadé que votre dôme nous laissera de nouveau envahir votre quartier général, et ça sera alors la fin de votre alliance pathétique et de votre ville. Ville sur laquelle les Omynoïdes règneront jusqu’à la fin des temps ! »
-Wan-Zhu : « Il ne nous reste donc qu’à ne pas te laisser le temps de briser notre dôme, Flush ! »
-Professeur Flush : « Et vous pensez sincèrement être en mesure de pouvoir m’arrêter ? »
-Wan-Zhu : Ne sois pas stupide, Flush ! Tu as face à toi deux membres du Grand Conseil. Sans vouloir paraître prétentieux, je ne vois pas ce que tu pourrais faire contre nous. Tu es, certes, un très grand scientifique, même s’il est regrettable que tu aies mis tes dons à la solde des forces du mal, mais tu n’as rien d’un guerrier, reconnais-le. »
-Professeur Flush : « Je suis un génie ! Et je suis capable de compenser mes faiblesses physiques, comme vous allez vous en rendre compte ! »
A cet instant, les énormes « yeux » rouges du casque de Flush s’illuminèrent et tirèrent deux rayons lasers rouge vifs destinés à tuer Maitre Wan-Zhu et le Grand Mage Blanc, mais ce dernier leva son arme et dévia le tir.
Pendant ce temps, Maître Wan-Zhu, rapide comme l’éclair, porta des coups du bout des doigts sur plusieurs parties du corps de Flush qui n’eut pas le temps de se rendre compte de quoi que ce soit. Il s’écroula, puis après quelques secondes, se releva, les mains sur la gorge. Lorsqu’il prit la parole, sa voix était rauque et son souffle court. Il ne faisait aucun doute qu’il avait beaucoup de mal à respirer.
-Professeur Flush : « Que…..que m’as-tu fais ? »
-Maître Wan-Zhu : « Ca ne t’apportera rien de le savoir. Sache simplement que tes organes vitaux sont touchés. Je suis navré mais, il ne te reste que quelques minutes à vivre ».
Flush, qui avait désormais les yeux injectés de sang :
-Professeur Flush : « Quoi ? Mais…….Non, je ne peux pas ».

-Gobryâs: « Tu as toujours été d’une intelligence rare, Flush, mais cela ne t’a jamais empêché d’être stupide ! Toi qui as toujours rêvé de puissance, de pouvoir, et de gloire au point de nous trahir et de rejoindre l’ennemi ! Regarde où ça t’as mené ! On dirait que ces dernières décennies passées à servir le mal t’ont rendus encore plus vaniteux et aveugle que tu ne l’étais déjà ! Ça t’aura conduit à ta perte ! »
Flush voulu lever le poing droit, comme pour frapper ses adversaires, mais une douleur fulgurante à l’épaule l’en empêcha. On pouvait lire dans ses yeux remplis de panique et de haine le combat qui se déroulait à l’intérieur de lui : tenter le tout pour le tout et se venger de ses ennemis, ou fuir comme il le pouvait en espérant que son maître pourrait guérir ses blessures ?
-Gobryâs: « Fuis. C’est la meilleure option qui s’offre à toi. Tu ne parviendrais pas à te venger de nous ».
Stupéfait que Gobryâs ait deviné ce à quoi il pensait, le Professeur Flush leur lança un dernier regard assassin avant de se retourner et de fuir, comme il le pouvait. On le vit porter son bras à sa bouche, et le Vaisseaux de la Soumission cessa immédiatement le feu pour se poser plus loin dans le désert, toujours à portée de vue, pour récupérer Flush. Une fois celui-ci monté à bord, Wan-Zhu s’adressa au Grand Mage Blanc :
-Maitre Wan-Zhu : « Gobryâs, occupons-nous des autres maintenant ».

Le Grand Mage Blanc Gobryâs acquiesça et s’envola dans les airs en direction de Magielle et Ragiem, tandis que Wan-Zhu fonça comme une flèche rejoindre Cratéron et Sakura.
-Magielle : « Contente de vous voir, Maître. Il me donne du fil à retordre ! »
-Ragiem : « Oh mais voilà qui est touchant ! Le vieux maître vient secourir sa jeune élève ! »
-Gobryâs : « Je ne viens pas la secourir. Elle n’a plus besoin de moi pour gagner contre un adversaire tel que toi. Je viens seulement lui donner un coup de main. »
-Ragiem : « Bien, dans ce cas, aide-la à résister à ça! »
Ragiem tendit sa main vers Magielle qui fut frappée par un éclair bleu. Elle cria de douleur et fut projetée à quelques mètres, mais ne tomba pas.
Le Grand Mage Gobryâs brandit alors son arme et une rafale de vent s’abattit sur Ragiem, le soulevant dans les airs dans un cri de fureur. Gobryâs transforma ensuite son arme en sabre et en frappa Ragiem tandis que celui-ci retombait en direction du sol. La lame du sabre de Gobryâs était à présent recouverte d’une substance bleuâtre , laissant penser que Ragiem avait bel et bien été touché.
Ragiem s’écrasa ensuite au sol dans un bruit sourd, mais parvint à se relever. Cependant, il reçut un rayon laser lancé par Magielle en pleine poitrine. Il s’écroula. La même substance bleuâtre coulait désormais de sa bouche et de son nez.
Au même moment, Wan-Zhu combattait Shadam alors que Sakura et Cratéron avaient uni leurs efforts pour affronter Zikiam.
Cratéron tenta de lui porter un coup d’épée, mais Zikiam réussi à l’esquiver de justesse. Cependant, cette diversion avait permis à Sakura de le poignarder en plein cœur. Zikiam ne comprit que quelques secondes plus tard ce qu’il venait de se passer. Il lâcha ses armes et pâlit à vue d’œil. Il ne pouvait pas le croire. Depuis son plus jeune âge, il s’était toujours vu comme quelqu’un d’important, de puissant, destiné à être dans les hautes sphères de l’empire du mal le plus puissant. Il s’était toujours vu devenir un grand général reconnu et respecté, gouvernant lui-même plusieurs planètes qu’il aurait reçues en cadeau pour son incroyable efficacité. Et après avoir rejoint les Omynoïdes, après seulement un an, il se faisait éliminer par une fille plus jeune que lui.
-Zikiam : « Non ! C’est impossible ! »
-Sakura : « Ils disent tous ça quand ils se font vaincre. »
-Zikiam : « Toi….Tu vas payer ! Je ne me ferai pas vaincre par une fille ! Quel déshonneur !»
-Sakura : « Et macho avec ça. Si ça ne t’a pas suffit, très bien ! »
Sakura transperça à nouveau Zikiam mais, cette fois-ci, avec son épée. Lorsqu’elle la retira du corps de son adversaire, une multitude de pétales de fleurs de cerisier se répandirent sur le sol. Zikiam était sur le point de mourir, mais il continuait d’avancer vers Sakura, son arme à la main, prêt à lui bondir dessus pour la transpercer. Ainsi, il ne partirait pas seul. Mais il eut à peine le temps de faire deux pas qu’il se faisait lui-même à nouveau transpercer mais, par l’épée de Cratéron cette fois-ci.
-Cratéron : « Je ne te laisserai pas la toucher ! Tu es fini, mais j’ai une bonne nouvelle pour toi : ce n’est pas une fille qui t’aura tué ! »
Cratéron abattit alors sa lourde tête de pierre sur le crâne de Zikiam. On entendit le bruit évocateur d’os qui se brisent. Cratéron lâcha Zikiam, qui s’écroula sur le sol, inerte.
-Sakura : « Tu es sur qu’il est bien… »
-Cratéron : « Oui, mort sur le coup. Tu sais bien que j’ai toujours été une forte tête. »
Sakura sourit
-Sakura : « Tu as été super. »
-Cratéron : « Je ne suis pas le meilleur élève de Maître Wan-Zhu pour rien. Mais tu ne t’es pas mal débrouillée non plus, tu sais ? »
-Sakura : « Quoi ? Toi le meilleur ? Ne rêve pas, mon vieux ! »
-Cratéron : « Ben, reconnais-le. J’ai fait diversion pour que tu puisses poignarder Zikiam, je lui ai porté le coup de grâce, et je l’ai empêché de te tuer. »
-Sakura : « Parce que tu espères que je vais croire que tu l’as laissé esquiver ton coup juste pour faire diversion ? Et puis, c’est ton devoir de me protéger, non ?»
Cratéron ne répondit pas. Il se contentait de la regarder dans les yeux avec un léger sourire. Sakura soutint son regard et sourit à son tour. Il y avait une grande complicité entre ces deux-là, et aussi beaucoup de tendresse. Pas d’amour, mais une profonde amitié, aussi solide que celle qui unissait déjà Sakura à Magielle.
D’ailleurs, Cratéron disait toujours qu’ils étaient la preuve que l’amitié fille-garçon était possible sans ambiguïté, même si c’était peut-être parce qu‘ ils n’appartenaient pas à la même espèce. Ils furent cependant tous deux ramenés sur Terre (ou plutôt, sur Eltar) par un cri poussé par Shadam.
En effet, à la vue de son camarade mort, d’un Ragiem blessé, et d’un Flush ayant battu en retraite, Shadam sut que la bataille était perdue. Il s’agenouilla alors aux pieds de Wan-Zhu, faisant mine de se rendre.
-Wan-Zhu : « Je vois que tu fais preuve de plus de sagesse que tes alliés ».
Un sourire profondément mauvais se dessina alors sur le visage ensanglanté de Shadam.
-Shadam : « Je dirais plutôt que je fais preuve de plus d’astuce ! »
A cet instant, Shadam projeta Wan-Zhu vers l’arrière puis lança son épée en sa direction. Celle-ci fila vers sa cible comme une flèche tirée depuis un arc, mais Wan-Zhu parvint à l’éviter.
-Wan-Zhu : « Ta manœuvre déloyale à échoué, Shadam ! Il est temps pour toi de payer pour les crimes que tu as commis et accumulés depuis des siècles ! »
-Shadam : « Je ne partirai pas seul ! »
-Wan-Zhu : « Tu n’es plus en état de me nuire, Shadam ! »
-Shadam : « Je n’ai pas dit que c’était toi qui partirais avec moi ! »

Wan-Zhu sursauta, plaqua Shadam au sol et se retourna. Il vit l’épée de ce dernier continuer sa course et foncer droit vers Cratéron et Sakura. Tous deux étaient en train d’éliminer les derniers Omynoïdes. Ils ne pourraient voir l’épée à temps. Wan-Zhu se mit alors à hurler de toutes ses forces.
-Wan-Zhu : « Attention à l’épée derrière vous ! »
Seul Cratéron l’entendit. Il se retourna et vit l’épée lui foncer dessus. Il tenta de l’intercepter avec son arme mais l’épée de Shadam brisa la sienne, le coupant au bras au passage, et poursuivit sa course.
Lorsque Cratéron parvint à localiser l’épée, celle-ci se trouvait plantée dans le ventre de Sakura. Cratéron lâcha la poignée de son épée mais resta immobile, comme si l’information de ce qu’il venait de se passer n’était pas encore parvenue à son cerveau. Puis, quand Sakura s’écroula sur le dos, il courut les quelques pas qui les séparaient pour la rejoindre.
Magielle hurla de terreur, puis, se rendant compte qu’elle ne verrait jamais plus son amie, la terreur fut remplacée par la douleur. Cette même douleur qui nous terrasse quand on perd un proche brutalement, alors que l’on pensait avoir encore tant de bons moments à passer avec lui.
-Wan-Zhu : « NON ! »
Gobryâs détourna son regard de Ragiem deux secondes pour voir ce qui avait provoqué ces cris. Mais ces deux secondes avaient suffi à Ragiem pour se téléporter à bord du Vaisseau de la Soumission. Shadam voulut l’imiter, mais il fût stoppé par Wan-Zhu qui le plaqua au sol avec une telle fermeté que Shadam se mit à suffoquer.
Cratéron était toujours agenouillé aux côtés de Sakura. Il ne pleurait pas, sûrement parce qu’un visage de pierre ne peut pas pleurer, mais il était sous le choc, ne se rendant pas encore compte qu’il lui parlait pour la dernière fois.
-Cratéron : « Tiens bon, Sakura. Tiens bon, je t’en prie ! »
Sakura sourit :
-Sakura : « On dirait que j’ai été bien nulle sur ce coup. »
-Cratéron : « Non, tu as été géniale. Shadam t’a eue par surprise».
-Sakura : « Il semblerait…………..que tu avais raison. C’est toi le meilleur élève de Maître Wan-Zhu. »
-Cratéron : « Non, c’est toi la meilleure ! Tu as toujours été meilleure et tu le sais. »
Magielle venait de les rejoindre. Contrairement à Cratéron, une multitude de larmes coulaient de ses yeux. Elle s’agenouilla à ses côtés, et lui caressa le visage.
-Sakura : « Magielle, tu t’en es sortie. Quel soulagement. »
Magielle prit les mains de Sakura dans les siennes
-Magielle : « Tu vas t’en sortir aussi. Mon maître doit connaître un sortilège capable de régler ça ! »
-Sakura : « Tu sais bien que non. Tu m’as dis toi-même que ce genre de sort était le seul que le Mage Blanc n’était pas capable de réaliser.
-Magielle : « On trouvera quelqu’un qui le peut ! Necrolai, ou quelqu’un d’autre. Ou bien peut-être qu’Elwing pourrait…»
-Sakura : « Non, ma blessure est trop grave. Magielle, Cratéron, écoutez-moi. C’est fini pour moi mais, malgré ce qu’il m’arrive, je ne suis pas à plaindre, vous savez. J’ai quand même eu la chance d’avoir deux amis exceptionnels, et peu de gens ont cette chance. Je ne vous remercierai jamais assez pour ce que vous m’avez apporté tous les deux. »
Sakura grimaça. Chaque mot prononcé était pour elle un supplice.
Sakura : « Je sais que vous allez beaucoup souffrir mais, j’aimerais que vous continuiez à vous voir régulièrement, et ainsi continuer à faire vivre notre amitié. Comme ça, ça sera un peu comme si j’étais toujours là ».
-Magielle : « Ne nous dis pas adieu. Je te l’interdis. Tu vas t’en sortir ! »
-Cratéron : « Tu entends, Sakura ? Accroche-toi ! »
Mais Sakura venait de prononcer ses dernières paroles. Aussitôt, Magielle se remit à pleurer en serrant son amie dans ses bras. Ses cris étaient déchirants. Cratéron, lui, se releva et vociféra à l’encontre de Shadam, tout en se dirigeant vers lui.
-Cratéron : « Enfoiré ! T’es mort, t’entends ? »
Mais à cet instant, Gobryâs tendit la main gauche vers Cratéron, le paralysant sur le coup, l’empêchant ainsi de poursuivre sa course vers Shadam.
-Cratéron : « Quoi ? Je ne peux plus bouger ! »
-Magielle : « Que faites-vous, maître ? Laissez-le faire. Shadam doit payer ! »
-Gobryâs : « Il va payer, mais pas de vos mains. Vous être trop aveuglés par la colère et la souffrance pour vous battre. Vous risqueriez de subir le même sort que Sakura, et je ne le permettrai pas ! »
Gobryâs prononça alors une formule incompréhensible, ce qui eut pour effet de téléporter Magielle, Cratéron, et le corps de Sakura à l’intérieur de la ville, à l’abri d’éventuels autres sales coups de Shadam.
Gobryâs avait dit la vérité. Une main était effectivement en train de faire payer à Shadam son acte atroce. La main de Wan-Zhu lui serrait de plus en plus la gorge, l’empêchant de respirer, ses yeux remplis de peur fixés par ceux de Wan-Zhu, remplis de souffrance et de haine.
-Wan-Zhu : « Ce n’est pas seulement mon élève que tu as tuée ! Tu n’imagines pas à quel point ton acte va nous coûter cher, à moi et……Maintenant, il est temps que la souffrance que tu as provoquée s’abatte sur toi ! »
Et il lui porta quelques coups, comme il l’avait fait avec Flush, sans que Shadam ne puisse riposter. Il était devenu immobile. Il semblait ne même plus respirer, mais il était de toute évidence vivant car Wan-Zhu lui murmura à l’oreille.
-Wan-Zhu : « Je t’ai paralysé. Tu ne peux plus bouger, plus respirer. Tu ne peux même plus parler. Tu peux juste ressentir, penser, et subir.
Wan-Zhu se releva au moment où Gobryâs arrivait derrière lui, suivi du cadavre de Zikiam qui flottait dans les airs, venant se poser à côté de Shadam. Gobryâs désigna Shadam.
-Gobryâs : « Ca y est, il est mort ? »
Wan-Zhu regarda Shadam dans les yeux en répondant à son ami. Ca serait la première fois qu’il lui mentirait.
-Wan-Zhu : « Oui, tu peux y aller. »
Gobryâs lança alors un sortilège qui enflamma aussitôt les deux corps, celui de Zikiam, qui brûlerait sans que celui-ci ne le sache jamais, et celui de Shadam, qui souffrirait comme jamais jusqu’à la mort sans même pouvoir crier. Pendant que les deux corps se consumaient, Gobryâs et Wan-Zhu marchèrent en direction de Zordopolis.
***
Pendant ce temps, Ragiem venait de regagner le Vaisseau de la Soumission, et y trouva le Professeur Flush, affalé sur un siège.
-Ragiem : « Professeur, cette attaque est un échec complet ! Nous avons sous-estimé ces deux gâteux et leurs élèves. C’était de la folie d’attaquer Eltar avec trois membres du Grand Conseil (G.CAUP) présents. Quelqu’un d’autre aurait dû s’en charger ! Nous avons perdu des milliers d’Omynoïdes. Pire encore, Zikiam a été tué, et je ne suis pas certain que Shadam lui-même ne revienne ! »
-Professeur Flush : « Je crains bien qu’il ne revienne pas. Wan-Zhu l’a tué, je l’ai vu sur l’écran de contrôle »
-Ragiem : Quoi ? Mais c’est impossible ! Il était le meilleur de notre armée après moi ! »
-Flush : « C’est pourtant la vérité, et pour tout te dire, je vais moi-même disparaître ».
Ragiem ne parut pas comprendre tout de suite ce que Flush lui disait. Quand il réalisa enfin, il s’exclama.
-Ragiem : « Quoi ? Qu’est-ce que vous racontez? Vous ne présentez pourtant aucune blessure ! »
-Flush : Wan-Zhu a touché mes organes vitaux. Il doit me rester à peine 5 minutes. Alors écoutes moi bien, Ragiem. Il va falloir te trouver de nouveaux alliés si tu ne veux pas t’attirer ses foudres, ou plutôt devrais-je dire, si tu veux sauver les meubles. Tes nouveaux alliés trouvés, tu pourras nous venger et prendre le contrôle de Zordopolis comme elle l’a ordonné. »
-Ragiem : « Trouver de nouveaux alliés ? Non mais tu te fous de ma gueule ? Tu penses que les guerriers de ce niveau prêts à rejoindre les forces du mal se cueillent sur les arbres ? Tu sais combien de temps il nous a fallu pour trouver Zikiam ? Non ! J’ai une meilleure idée, je vais envoyer toute notre armée d’Omynoïdes attaquer cette ville pendant que je ferai feu avec notre vaisseau sur ce maudit dôme ! Ils ne pourront rien faire. Ils seront dépassés par le nombre et ne pourrons pas m’attaquer si je reste dans ce vaisseau ! Notre mission peut encore s’accomplir ! »
-Flush : « Non, Ragiem. Ca ne servirait à rien. Fais ce que je te dis. Une autre attaque ne fera qu’augmenter nos pertes, et elle te le ferait payer davantage ! »
-Ragiem : « Mais ferme la ! Qu’est-ce que tu sais de mes chances de réussir ? Que sais-tu de la guerre ? Regarde-toi. C’était la première fois que tu allais sur le terrain et tu t’es fait massacrer ! Alors ne me dis pas ce que j’ai à faire ! Et surtout n’oublie pas, n’oublie jamais, que c’est moi qui commande ici ! »
-Flush : « Je le sais ! Mais tiens-tu vraiment à rejoindre Shadam et Zikiam ? »
-Ragiem : « Tu vas les rejoindre plus tôt que prévu si tu ne te tais pas ! Omynoïdes, décollage immédiat ! Direction le dôme de Zordopolis ! »
Le vaisseau de la Soumission décolla alors lentement du désert pour flotter à nouveau dans le ciel, et se dirigea une nouvelle fois vers Zordopolis. Mais, une fois au-dessus du dôme, il resta immobile.
En effet, Ragiem ne savait plus ce qu’il devait faire. Ecouter son idée, ou celle de Flush ? Ecouter l’idée d’un chef de guerre expérimenté aux champs de batailles, ou celle d’un scientifique dépourvu de toute expérience dans ce domaine, mais dont l’intelligence et le discernement étaient connus de tous les Omynoïdes ?
***
Dans le même temps, à Zordopolis, Gobryâs et Wan-Zhu avaient rejoint le Quartier Général de L’AUP et du G.CAUP. Ils entrèrent dans une vaste pièce et y virent le corps de Sakura, étendu sur un autel de marbre sur lequel des fleurs de cerisiers étaient dispersées, et entouré de fleurs.
Elle serait probablement enterrée le lendemain, mais il fallait avant que les personnes désirant la voir une dernière fois puissent le faire. Magielle et Cratéron étaient assis juste à côté de l’autel avec une jeune femme ressemblant à un elfe, toute vêtue de blanc. En voyant Gobryâs et Wan-Zhu entrer, elle se leva et se dirigea vers eux, l’air sombre. Arrivée à leur hauteur, elle s’adressa à eux, mais surtout à Wan-Zhu.

  • ??? : « Je suis navrée, Général Wan-Zhu. J’ai fait ce que j’ai pu mais ma chanson n’a eu aucun effet. Il était déjà trop tard et, honnêtement, mon champ n’aurait pu lui rendre ses forces vitales que pour quelques minutes. »
    -Wan-Zhu : « Ne vous en faites pas, Elwing. Je sais qu’il était trop tard. Je sais aussi que, si vous aviez pu, vous l’auriez sauvée. »
    Elwing acquiesça, les larmes aux yeux
    -Gobryâs : « Excusez-moi, Elwing. Pourrais-je vous demander de veiller sur Magielle et Cratéron ? J’aimerais m’entretenir avec le Général Wan-Zhu.

Elwing acquiesça, retourna s’assoir auprès de Magielle et de Cratéron, et tapota leurs épaules.
-Gobryâs : « Wan-Zhu… »
-Wan-Zhu : « Pas maintenant, Gobryâs. »
-Gobryâs : « Wan-Zhu, écoute. Je sais que… »
-Wan-Zhu : « Pas maintenant ! S’il te plaît. J’apprécie tes intentions mais, ce n’est pas le moment. Je n’ai pas envie d’en parler, pas maintenant ».
-Gobryâs : « Je comprends, et je respecterai ton choix. Cependant, j’aimerais te parler d’autre chose. »
-Wan-Zhu : « Est-ce vraiment urgent ? »
-Gobryâs : « Je le crains. Ecoute, Wan-Zhu. J’ai bien observé le vaisseau de la Soumission lorsque nous sommes entrés dans la ville, et il est posté juste au-dessus de nous. Je ne sais pas ce qu’ils attendent, mais je pense qu’ils envisagent de lancer une deuxième attaque. »
-Wan-Zhu : « Une deuxième attaque ? Avec Ragiem blessé comme seul général, alors qu’ils ont échoué avec 4 généraux ? Ça serait stupide de leur part. »
-Gobryâs : « Oui mais, tu sais qu’il y a bien plus dangereux que Ragiem dans ce vaisseau. Peut-être est-elle réveillée ? Peut-être attendent-ils qu’elle se réveille pour lancer l’attaque ? »
-Wan-Zhu : « Mais tu l’as endormie lors de votre dernière confrontation il y a près d’un an de ça. Elle ne pourrait tout de même pas vaincre un tel sortilège en si peu de temps ! »
-Gobryâs : « Oh si elle pourrait. N’oublie pas qui elle était à l’origine. Et puis, je sens que son réveil est imminent. Cette bataille, bien que courte, m’a fatigué. Hé oui, mon ami. J’ai bien l’impression que je vieillis mal. »
-Wan-Zhu : « Bon d’accord. Envisageons qu’elle est sur le point de se réveiller. Que veux-tu faire ? Réunir le Grand Conseil ? Ca nous prendrait trop de temps. Lutter ? Franchement, je pense qu’à nous deux, nous pourrions nous en sortir mais, les pertes seraient énormes ! Je suis presque certain que nous serions les deux seuls survivants. Et je n’ai envie de perdre personne d’autre. »
-Gobryâs : « Il nous faudra bel et bien réunir le conseil mon vieil ami, mais le temps que ses différents membres n’arrivent et que nous prenions une décision, il sera peut-être déjà trop tard. Nous n’avons pas le choix. Si les Omynoïdes repassent à l’action, il nous faudra nous battre. »
-Wan-Zhu : « Mais c’est de la folie ! Si elle s’en mêle, tous les Eltariens vont y laisser leur vie ! »
-Gobryâs : « C’est une certitude, en effet. C’est pourquoi il nous faut du renfort. »
-Wan-Zhu : « Tu penses à quelqu’un en particulier ? »
-Gobryâs : « Tu es au courant que le Docteur Ecobios a terminé récemment ce que le Grand Conseil lui a demandé ? »
-Wan-Zhu : « Oui. Tu m’en as parlé à mon arrivée. Ils sont finis tous les six ? »
-Gobryâs : « Oui, et je pense que je pourrais demander à Magielle d’aller les chercher et les ramener ici. Nous choisirions alors les six Eltariens les plus valeureux et, avec leurs nouveaux pouvoirs à nos côtés, cela augmenterait considérablement nos chances de remporter la guerre une bonne fois pour toute. »
-Wan-Zhu : « Bien, bien. D’accord mais, comment envoyer Magielle, ou qui que ce soit, chez Ecobios, et la faire revenir dans les temps ? »
-Gobryâs : « La Terre n’est pas une planète fort éloignée. En tous cas, pas pour ton vaisseau. »
-Wan-Zhu : « Bien. Je vois ce que tu attends de moi. Mais pourquoi ne pas envoyer Cratéron ? Ou les envoyer tous les deux ? »
-Gobryâs : « Non. Les envoyer tous les deux seraient trop risqué. Elle pourrait sentir leur énergie, et les attaquer. Et comme tu peux le voir, Magielle est dans un tel état que son énergie est au plus bas. Elle ne devrait donc pas la percevoir. Nous aurons juste à espérer que Ragiem ne voit pas ton vaisseau décoller, ou qu’il se focalise sur nous, ce qu’il devrait faire vu son tempérament. »
-Wan-Zhu : « Bien. Je pense en effet que ton plan est la solution la plus sage qui s’offre à nous. »
Wan-Zhu se dirigea alors vers Cratéron, Magielle, et Elwing, toujours aux côtés du corps de Sakura. Une fois prêt d’eux, il prit Cratéron par les épaules, comme pour le soutenir et pour partager son chagrin, et s’adressa à Magielle :
-Wan-Zhu : « Magielle, Maître Gobryâs te demande. »
Magielle, qui était probablement perdue dans ses pensées, mit un certain temps à comprendre qu’on lui parlait.
-Magielle : « Pardon ? Mon maître ? Euh oui, j’y vais »
Elwing retira alors sa main de l’épaule de Magielle, qui alla rejoindre Gobryâs.
-Magielle : « Oui, Maître ? Vous voulez me parler ? »
-Gobryâs : « Oui. Ecoute Magielle. Ce qu’il s’est passé aujourd’hui est terrible. Je sais que toi et Sakura étiez très proches. Je suis, moi-même très affecté par sa disparition, mais je vais malheureusement devoir te demander de partir en mission sur le champ. Et il est capital que tu acceptes. »
-Magielle : « Quoi ? Mais…..Et Sakura ? Je ne peux pas la laisser comme ça ! Vous ne pouvez pas me demander de partir en mission alors que je viens de perdre ma meilleure amie ! Et son enterrement ? Je dois lui dire au revoir ! Lui rendre hommage ! »
-Gobryâs : « Ecoute, Magielle. Je sais ce que tu ressens. J’ai déjà eu à traverser ce genre d’épreuve. Je sais aussi qu’il est inconcevable, dans ces moments-là, d’imaginer que l’on puisse obtenir de nous quoi que ce soit. Mais je te demande de m’écouter. »
Voyant que Magielle continua à le fixer, Gobryâs poursuivit :
-Gobryâs : « Les Omynoïdes sont toujours là, et il est fort probable qu’ils repassent à l’attaque. Etant devenue membre du Grand Conseil depuis peu, tu es au courant de ce que nous avons demandé au Docteur Ecobios, et tu sais aussi qu’il a terminé. »
Magielle acquiesça
-Gobryâs : « Je te demande de te rendre sur Terre avec le vaisseau du Général Wan-Zhu, de te rendre chez Ecobios, tu sais où il habite, et de nous rapporter les morphers. Avoir une équipe de Power Rangers à nos côtés serait le seul moyen de stopper les Omynoïdes si elle est avec eux ».
Il fallut un moment à Magielle pour digérer toutes ces informations.
-Magielle : « Elle est réveillée ? »
-Gobryâs : « Je ne pense pas, mais elle ne va pas tarder. C’est une question d’heures maintenant, ou de jours tout au plus. Tu comprends pourquoi il est vital que tu réussisses ? Je pense que c’est le seul moyen de vaincre les Omynoïdes, et de venger Sakura comme il se doit. »
-Magielle : « Euh, oui. Je comprends mais….Etes-vous certain de pouvoir faire confiance à Ecobios ? Depuis qu’il a changé, vous savez……Je ne suis plus certaine de ce qu’il est au juste. »
-Gobryâs : « Magielle, ce n’est pas parce qu’il a changé d’apparence que ce n’est plus le même homme. J’ai confiance en lui. »
-Magielle : « Je ne parle pas de son apparence, Maître. Mais comment être sûrs qu’ils ne l’ont pas changé ? Qu’ils n’ont pas eu le temps de lui faire subir un lavage de cerveau ? Et si ça faisait partie du plan des Omynoïdes pour nous tendre un piège ? »
-Gobryâs : « Ta méfiance est justifiée, mais je reste convaincu de la fidélité du Docteur Ecobios. Nous l’avons sauvé à temps. Ils n’ont eu le temps de transformer que son corps. Son esprit est heureusement resté intact, j’en suis persuadé. Et tu sais que mon instinct ne m’a jamais trompé jusqu’à présent. Je ne pense même pas que les Omynoïdes sachent ce qui lui est arrivé. »
Magielle n’avait vraiment pas envie de partir. Elle était en deuil. Elle n’avait pas envie de rejoindre la Terre pour retrouver le Docteur Ecobios, dont elle n’était plus sûre de pouvoir lui faire confiance. Elle ne voulait pas rater la dernière occasion de dire au revoir à Sakura. Elle ne voulait pas laisser Cratéron derrière elle, la seule personne à avoir été aussi intime qu’elle avec Sakura, et la seule personne la reliant encore à elle.
Mais elle devait se rendre à l’évidence. Le grand Mage Blanc avait raison. Si les Omynoïdes repassaient à l’attaque et qu’elle était réveillée, leur seul espoir de tenir jusqu’à l’arrivée des autres membres du Grand Conseil résidait dans ces morphers. Après tout, ils avaient été créés pour défendre Zordopolis, et il était déjà temps de s’en servir. Et puis, Magielle ne voulait perdre personnes d’autre, et elle savait que le seul moyen de venger Sakura était de ne pas laisser Zordopolis tomber aux mains des Omynoïdes. C’était décidé. Elle partait pour la Terre.
-Magielle: « Très bien, j’accepte ».
-Gobryâs : « Merci. Pour Sakura et pour Eltar, merci. Suis-moi. Je vais te conduire au vaisseau du Général Wan-Zhu ».
-Magielle : Je ne peux pas dire au revoir au Général Wan-Zhu et à Cratéron ? »
-Gobryâs : « Non, désolé. Cratéron voudrait partir avec toi, et trop d’énergie positive se percevrait facilement. »
-Magielle : « Oui je comprends. Dans ce cas, voulez-vous bien remettre ceci à Cratéron de ma part ? »
Magielle prit un morceau de papier vierge, prononça une formule magique et, le tendit à Gobryâs. Celui-ci le prit et le mit en poche.
-Magielle : « Merci ».
Tous deux quittèrent alors la pièce.
***
A bord du Vaisseau de la Soumission, Ragiem était toujours en train d’hésiter sur la décision à prendre. Attaquer maintenant et prendre le risque de tout perdre, ou se trouver des alliés capable de faire face aux troupes eltariennes et à leurs deux généraux ?
Qu’est-ce qui lui déplairait le moins ? L’échec et l’anéantissement de toutes ses troupes avec une chance de l’emporter, ou l’échec temporaire et une nouvelle armée prête à passer à l’action pour remplacer les généraux perdus dans le combat ? Flush, lui, avait déjà choisi.

-Professeur Flush : « Fais ce que je te dis ! Le seul moyen que tu as de t’en sortir, c’est d’avoir de nouveaux généraux à lui fournir ! »
-Ragiem : « Si je remporte la guerre, je n’aurai pas besoin d’autres généraux ! »
-Flush : « Mais tu ne remporteras pas la guerre ! En tous cas, pas seul ! Elle est sur le point de se réveiller, et il vaudrait mieux pour toi qu’elle n’ait pas à faire le travail elle-même. »
-Ragiem : « Silence ! J’ouvre le feu ! »
Mais alors qu’il allait appuyer sur la commande de tire, il s’arrêta brusquement, comme s’il avait vu quelque chose qu’il n’attendait pas.
-Ragiem : « Mais, qu’est-ce que ça signifie ? »
-Flush : « Qu’y a-t-il ? »
-Ragiem : « Le vaisseau de Wan-Zhu décolle ! Il quitte Eltar ! »
-Flush : « J’aurais dû m’en douter. »
-Ragiem : « Te douter de quoi ? »
-Flush : « Ils ont dû apercevoir notre vaisseau. Ils ont deviné tes intentions, et ils partent certainement à la recherche de soutien ! Un conseil : suis-les et fais comme eux ! »
-Ragiem : « Comment auraient-ils pu voir notre vaisseau ? Il est invisible ! »
-Flush : « Non. Je n’ai pas pensé à réactiver notre écran d’invisibilité. Je pensais que tu allais m’écouter, et fuir »
-Ragiem : « Quoi ? Mais comment as-tu pu commettre une telle négligence ? »

  • Flush : « Je suis mourant je te rappel ! »
    Ragiem serra les dents.
    -Flush : « Tu n’as plus le choix. Fais ce que je te dis ! »
    -Ragiem : « Mais c’est peut être justement l’occasion de les attaquer. Avec Wan-Zhu en moins, je n’aurai aucun mal à prendre possession de cette ville et de cette planète ! »
    -Flush : « Oh non. Ce n’est sûrement pas Wan-Zhu qui est parti. C’est ce qu’ils aimeraient que l’on pense. Non, c’est certainement quelqu’un de moins important. Tel que je les connais, ils doivent prier pour qu’on ne remarque pas leur vaisseau ».
    -Ragiem : « Mais nous ne savons même pas où se rend ce vaisseau. Et si je me retrouve dans une zone contrôlée par l’AUP ? »
    -Flush : « Ca n’a pas d’importance ! Réfléchis un peu ! Tu n’as qu’à activer l’écran d’invisibilité du Vaisseau, et te faire discret ! Tu ne seras même pas repéré, et en cas de pépin, tu fiches le camp ni vu ni connu ! »
    Flush se mit à suffoquer davantage. Il ne pouvait plus respirer. C’était comme si tous ses organes internes saignaient depuis qu’il avait reçu les coups de Wan-Zhu, et que le sang avait envahi ses poumons. Il se mit à cracher du sang, et dans un dernier effort, il dit à Ragiem.
    -Professeur Flush : « Suis-les ! Il faut ………….alliés. »
    Puis, il se tut. Sa tête tomba vers l’avant, entrainant le reste de son corps vers le sol. C’était la fin du Professeur Flush.
    Ragiem resta figé quelques secondes. Certes, il n’avait jamais beaucoup aimé Flush, mais sa présence le rassurait un peu.
    Maintenant, il restait seul face à une décision lourde en conséquence. Il serait le seul à qui elle le ferait payer s’il avait fait le mauvais choix.
    Cependant, la mort de Flush provoqua en lui un déclic. Bien que très puissant et sûr de lui, il ne se sentait plus capable d’éliminer Wan-Zhu et Gobryâs à lui seul. Il prit alors la décision de suivre le dernier conseil de Flush, et suivit le vaisseau de Wan-Zhu piloté par Magielle, en direction de la Terre. A SUIVRE…
%d blogueurs aiment cette page :